555, rue collard, C. P. 2157
ALMA (QUÉBEC) G8B 5W1
T. 418 668-6635  F. 418 668-3263
INFO@LANGAGEPLUS.COM

 

 

HEURES D'OUVERTURE Menu

HEURES D'OUVERTURE

Mardi au samedi : 12 h à 16 h 30

Dimanche : 13 h à 16 h 
Également sur rendez-vous.


[Pour la période des Fêtes, les salles d'exposition et les bureaux seront fermés inclusivement du 23 décembre au 3 janvier.]

Inventer le pays
Inventer le pays
Christine COMEAU (Montréal)
14 juin au 1 septembre 2019
Vernissage le vendredi 14 juin 17 h

Description

comeau 

 

Conceptrice de vêtements relationnels et de structures mobiles, Christine Comeau monte son campement dans différentes structures d’accueil. Le projet d’installation Inventer le pays est une halte-nomade composée de tentes-sculptures à l’intérieur desquelles sont inscrits des extraits de poèmes rédigés lors des déplacements de l’artiste. Sensibles à l’introspection qu’oblige le voyage en solitaire, les petits dômes deviennent des lieux de recueillement pour le visiteur faisant halte. Invité à s’étendre sur le dos pour lire le poème, il habite l’espace qui, soudain, ne semble plus si étranger.

Les gestes qui ponctuent le voyage sont en partie repris par les visiteurs amenés à partager cet espace de dépaysement poétique habitant le nomade : une réflexion sur la mobilité ou sur l’absence de liens qui laisse flotter l’esprit sans arrimage. Une performance poétique sera présentée au sein de l’exposition le soir du vernissage.

____

 

A designer of relational garments and mobile structures, Christine Comeau sets up camp in various accommodating places. The installation project Inventer le pays is a nomadic stop consisting of tent-sculptures inside of which are excerpts of pœms written during the artist’s travels. Reflecting the introspection imposed by a solo journey, the small domes become places where visitors can stop and reflect. When they lie on their back to read the pœm, they inhabit the space, which suddenly no longer seems that strange.

The movements that mark the journey are in part re-enacted by visitors, who share this place of pœtic disorientation that dwells in the nomad: a reflection on mobility or the absence of bonds that allow the mind to float unfettered. A pœtic performance will be presented on the exhibition’s opening night.