Olympiades artistiques 2020 - 3e édition

DUO #4 - Olympiades artistiques 2020
DUO #4 - Olympiades artistiques 2020
Mélissa Gauthier et Nathalie Lavoie
28 février au 24 avril 2020
Vernissage le vendredi 24 avril 00 h

Description

Pour encourager ce duo, remplissez le formulaire suivant. Si vous souhaitez encourager plusieurs duos dans la plateforme Paypal qui s'ouvrira après avoir cliqué sur "Ajouter au panier", vous aurez l'option de "Continuer à magasiner". Vous serez redirigé vers notre site. La plateforme Paypal vous permettra aussi d'y modifier le nombre d'encouragements à un duo avant de procéder au paiement. Bonnes Olympiades!

J'encourage le duo suivant
Publication du message d'encouragement
Message d'encouragement au duo
Num. de tel. obligatoire

 

duo4 2020


MÉLISSA GAUTHIER
Propriétaire, Plantes & Fleurs, Arvida

PARCOURS
C’est en août 2017 que Mélissa Gauthier acquiert l’entreprise Maison Arvida Fleuriste, qui avait, depuis plus de 60 ans, pignon sur rue au Carré Davis d’Arvida. La nouvelle propriétaire avait un but très précis : rafraîchir l’image de la fleuristerie régionale et offrir un grand choix de plantes intérieures.
Mélissa Gauthier est designer d’intérieur de profession. Elle a été diplômée de l’Académie Internationale du Design de Montréal en 2001. Elle a travaillé pour quelques entreprises, dont Les Industries Bonneville de Belœil. En 2006, elle décide de faire le saut au travail autonome. S’en est suivi un projet familial qui fut, contrairement à plusieurs, assez complexe.
Mère de deux enfants qui sont le résultat de fécondation in vitro, lorsqu’elle a accouché de son deuxième garçon, son projet de famille s’est vu complété. Vu la très grande place qu’occupait la procréation assistée dans sa tête, elle s’est retrouvée avec un grand vide à combler. C’est donc à ce moment qu’elle a réalisé avoir besoin d’un nouveau défi professionnel. En 2017, elle décide d’effectuer un changement de carrière.
Avoir un commerce avec pignon sur rue était un rêve qu’elle avait depuis toujours.  

 

NATHALIE LAVOIE
Artiste, La Baie
www.sites.google.com/site/mariemuriellenathalie

 

BIOGRAPHIE

Détentrice d’une maîtrise en art de l’Université du Québec à Chicoutimi, Nathalie Lavoie vit et travaille à Ville de Saguenay. Ses activités artistiques se déploient autour de la pratique du dessin, du modelage et de l’installation, dans une perspective de mieux comprendre différentes réalités qui nous entourent et nous habitent. Son travail a été présenté dans diverses expositions individuelles et collectives, au Canada, en France, en Allemagne et au Chili, notamment à l’Université Humboldt de Berlin, et fait partie de diverses collections privées et publiques. Des résidences dans différents lieux lui permettent de poursuivre sa recherche à l’étranger.

 

DÉMARCHE ARTISTIQUE 

« Ma pratique cherche à établir une relation au monde par l’immédiateté et la durée de l’action créatrice. Pour ce faire, j’ai recours à l’art afin de mieux comprendre différentes réalités matérielles et immatérielles qui nous entourent et nous habitent.
Mes modes d’action se composent principalement de gestes répétitifs et précis prenant la forme d’instructions. Qui plus est, ces actions se regroupent en séries qui, bien que réalisées à partir d’une même instruction, présentent des variations. L’œuvre donne ainsi à voir les expériences esthétiques obtenues par les traces matérielles du geste relié à l’attention. Par surcroît des photographies et des vidéos du geste de création tiennent lieu d’œuvres en soi.
L’art est ainsi conçu comme un outil de connaissance : connaissance du sensible, connaissance immédiate, connaissance intuitive, connaissance directe. Il devient inséparable d’une démarche de compréhension et de co-naissance, c’est-à-dire un sujet et un monde naissant conjointement. Il en émerge une poésie à la fois brute et délicate.
Je privilégie une esthétique de la monochromie associant les noirs et les blancs dans une variété de tons. Dans le contexte de résidences, de performances et d’expositions, mon intérêt pour le geste de création, le territoire et la notion d’habiter s’allie à des objets et à des matériaux variés. Que ce soit l’empreinte du pinceau (2012-2017), le quadrillage (2012-2014), le lin cultivé (2015), la ligne végétale (2016-2019), la ligne cartographique (2016-2019), le pin (2019) et le cabinet de curiosités (2019), je cherche dans ces circonstances à réaliser des procédés favorisant une relation d’affinité avec la matière.
Ma recherche en création se réalise selon l’idée d’une écologie de la ligne, telle qu’énoncée par l’anthropologue Tim Ingold, pour lequel nous vivons dans un monde de lignes, de cheminements, d’habilités et d’habitations. Dans cette écologie de lignes et de maillages propre à cette nouvelle anthropologie, nous sommes un ensemble de relations qui nous constitue en même temps qu’elles constituent notre environnement. »